samedi 19 novembre 2016

LA PROXEMIE ou l'art de la distance

Avant tout, la pratique des arts martiaux est l’art de contrôler et de transgresser les distances. Appliquer une technique martiale c’est fondamentalement être en interaction. Celle-ci est constante dans notre quotidien et dois respecter une distance spécifique en fonction de l’interlocuteur. Cela s’appelle la proxémie.
En guise d’introduction, Wikipédia nous en donne la définition suivant :
Nommée et étudiée par l'anthropologue américain Edward T. Hall en 1963, la proxémie est la distance physique qui s'établit entre des personnes prises dans une interaction.





Subir l’attaque d’un partenaire c’est donc dans un premier temps vivre une transgression de distance. L’étape suivant consistera à pouvoir gérer cet envahissement de l’espace intime en élaborant une stratégie de blocage, de déviation, de recyclage en fonction d’une multitude de facteurs tels que le terrain, les moyens dont dispose la personne subissant l’attaque voire le choix de l’école s’étant porté sur quelques principes plutôt que d’autres.
Le niveau de pratique plus subtil encore serait de pouvoir « appeler » ou « aspirer » le partenaire là où on le désire afin que la décision du « où et comment » vienne du « défenseur » plutôt que de « l’attaquant ».

S’il existe une proxémie physique, elle a son corolaire psychologique. La maîtrise de cet aspect-là engendre parfois des effets spectaculaires. Se retrouver aux pieds d’un maître, ne plus pouvoir reculer physiquement mais devoir continuer à reculer malgré tout car la pression « psychologique » est plus que présente oblige à se réfugier dans un repli intérieur et permet à l’expert de maîtriser son partenaire sans le toucher. Une rupture mentale s’est produite chez « l’attaquant » maintenant neutralisé et apparaît une indétermination, une incapacité à retrouver ses repères.

La pratique martiale est l’élaboration et l’étude d’une communication, d’une interaction. L’attaque-défense est un moyen provoquant une vigilance intense et immédiate. Mais ce n’est qu’un média sur lequel il est essentiel de ne pas s’arrêter. Le rassemblement et le dépassement des contraires permettront la découverte d’autres proxémies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire